Après une chirurgie réfractive, quel est le temps de cicatrisation ?

par | 25 mars 2023

Cette actualité appartient aux catégories suivantes : Chirurgie réfractive

La chirurgie réfractive permet aujourd’hui de prendre en charge de nombreux défauts de vision, en adaptant au mieux le mode opératoire aux besoins et aux caractéristiques du patient. Les résultats des interventions sont la plupart du temps remarquables et les complications rarissimes. La récupération se fait sur une durée qui varie de quelques heures à quelques semaines, en fonction de l’intensité du trouble visuel à traiter et de la technique opératoire choisie.

 

La chirurgie réfractive, qu’est-ce que c’est ?

 

Le domaine de la chirurgie réfractive regroupe l’ensemble des méthodes ayant pour but de traiter les troubles de la réfraction. Ce phénomène est indispensable à la fonction visuelle : sous l’effet de la réfraction exercée par la cornée et le cristallin, les deux lentilles naturelles de l’œil, les rayons lumineux sont déviés et viennent se focaliser en un point unique appelé foyer. Il doit idéalement se situer à la surface de la rétine : c’est là que l’image se forme par stimulation de cellules photoréceptrices (cônes et bâtonnets) avant d’être transmise au cerveau par le nerf optique.

Néanmoins, chez certains sujets, la réfraction ne se fait pas correctement. Les troubles réfractifs sont divers. Chez les myopes et les hypermétropes, le foyer n’est pas localisé sur la rétine mais en avant ou en arrière de celle-ci. Dans le cas des astigmates, à cause d’une cornée à la forme ovoïde plutôt que sphérique, plusieurs foyers se forment le long de l’axe oculaire antéro-postérieur. Enfin, de manière inéluctable, aux alentours de 45 ans, le cristallin devient de moins en moins capable de se déformer pour faire la mise au point en fonction de la distance d’observation et la presbytie fait son apparition.

Pour traiter ces amétropies (astigmatisme, hypermétropie et myopie) ou la presbytie, le pouvoir réfractif de l’œil peut être modifié en retravaillant au laser la forme de la cornée. Lasik, PKR et SMILE sont pour cela les techniques principales. La pose d’implants en remplacement du cristallin ou bien dans la chambre postérieure de l’œil (en arrière de l’iris et devant le cristallin), constitue aussi un pan des techniques de chirurgie réfractive aujourd’hui disponibles.

 

Le post-opératoire d’une chirurgie réfractive

 

Hormis la PKR qui peut induire de légères douleurs dans les jours qui suivent l’intervention, la plupart des techniques de chirurgie réfractive sont indolores. Une gêne est en revanche fréquemment ressentie par le patient, pendant quelques heures ou quelques jours, en fonction du mode opératoire utilisé.

Le suivi strict du traitement post-opératoire prescrit est toujours essentiel pour assurer le succès de l’intervention. Il s’agit dans la majorité des cas de gouttes antibiotiques et anti-inflammatoires à utiliser pour une durée variant de 1 semaine à 1 mois. Par ailleurs, la protection mécanique de l’œil opéré est essentielle, au moins les premiers jours.

Aussi maîtrisées et sûres que soient les interventions, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’actes chirurgicaux. Ainsi, selon le traitement suivi, il peut parfois être recommandé de prendre quelques jours de congé, puisque les actes de chirurgie réfractive ne donnent que très rarement lieu à un arrêt de travail officiel. De façon plus générale, la reprise des différentes activités (sports, sports de contact, activités nautiques, conduite…) est rythmée par le praticien dont les recommandations en la matière doivent être suivies à la lettre. A ce titre, le suivi post-opératoire est essentiel pour pouvoir suivre l’évolution du patient. Le nombre et la fréquence des visites de contrôle dépendent du traitement réalisé.

Dans l’immense majorité des cas, la chirurgie réfractive donne des résultats remarquables et les complications sont rarissimes. Selon la méthode pratiquée et l’intensité du trouble visuel à traiter, la récupération prend de quelques heures à quelques semaines. De nombreux patients s’affranchissent complètement du port de verres correcteurs après l’intervention.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 3.9 / 5. Nombre de notes : 9

Pas encore de note, notez en premier !

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières actualités de la chirurgie réfractive